13 juin 2011

De Tokio Hotel à Twilight, comment passe t-on d'un succès fou à la honte suprême ?

Tokio Hotel, si vous ne vous vous rappelez pas,tokyo-hotel c'est ça : 

Et si vous ne connaissez pas : 4 jeunes allemands qui chantent en allemand du rock pour un public d'une moyenne de 14 ans. Encore inconnus il y a 4 ans, ils sont devenus des stars interplannétaires en quelques mois et les voici à faire des tournées dans le monde entier, convaincus qu'ils ne sont pas encore au top de leurs carrières. 

Mais il y a 4 ans, ils n'étaient personne. Et c'est à ce moment là, los de mes 13 ans, que ce groupe complètement nouveau à débarqué. Et ils avaient tout bon ! Un look "émo", à la mode dans tous les lycées à l'époque; des textes écrits en allemands, langue un peu inconnue par la plupart des lycéens; mais surtout, leur meilleur coups marketing : des "alliances" marquant leur virginité jusqu'au mariage ! Leurs chansons, il faut bien avouer, donnaient du peps et l'envie de se donner à fond. Ca a cartonné ! BAM, succès immédiat : clips sur MTV, interview un peu partout dans le monde et sur à peu près tous les plateaux. Leur seul problème ? Leur public n'a pas évolué avec eux : une moyenne de 14 ans chaque année, pas plus, surtout moins. 

Voilà le drâme : ils sont idôlatrés par ce que l'on nomme les "minis groupies". Et maintenant nous, jeunes adultes pleins de responsabilités que nous sommes, nous nous voyons bien au delà de toutes ces foutaises enfantines. (Et nous avons probablement raison). Mais est-ce vraiment une bonne idée de reprocher à quelqu'un d'avoir aimé, il y a bien logntemps, un groupe qui maintenant n'intéresse qu'un public fait d'enfants à baby-sitté ? Certes on les a aimé, certes ils sont ridicules à nos yeux mais tout ceci doit se comparer à ... MAINTENANT ! Enfait, où est la honte si on ne les aime plus aujourd'hui ? Si on les trouve tout aussi ridicule que vous ? Mais il n'y en a pas ! Nous avons juste eu l'esprit légèrement plus ouvert pour essayer d'écouter, de découvrir, cette bande de jeunes qui ne chantait ni anglais ni en français et qui, pourtant, nous fesait tourner la tête ! Et finalement nous avons vite changer d'air, c'est tout.

 


 

Ce serait un peu la même histoire avec Twilight. La nouveauté : des vampires, le plus : l'univers fantastique pour les jeunes filles et le pitch : une jeune fille débarque dans un village, tombe amoureuse du ténébreux vampire, et vivent tous les deux une folle passion qui les conduira d'aventures en baisers en tout genre. 

affiche-Twilight-2007-8

Comme Tokio Hotel : un bon début avec des livres, certes accès pour des jeunes filles, mais qui peuvent être lu par tous si on daigne enlever le côté niai. Une belle histoire d'amour, de l'action (si si !), et la science-fiction (loups-garous, vampires ...) et parfois un peu de sang accompagné de quelques morts. 

Le problème ? L'adaptation cinématographique. Les livres étaient déjà bien niais, mais les films explosent toutes les limites : les acteurs appuient le côté dramatique tellement fort que cela décrédibilise tout le film. Du coups, à quoi bon mettre scènes de baguarre, de (quasi)-suicide, de sang et de morts empilés si c'est pour que les baisers prennent 45 minutes de films ?

Peut-être que pour la dernière bataille, on verra plus de Seigneur des Anneaux que de Barbie & son prince Casse-Noisette ?


Posté par logomachie à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur De Tokio Hotel à Twilight, comment passe t-on d'un succès fou à la honte suprême ?

Nouveau commentaire